Actualités
Des archives à nos jours

Des anniversaires…

Notre rentrée est placée sous le signe d’une triple actualité : les soixante ans de l’indépendance de l’Algérie (et le rôle joué par général de Gaulle et le regard porté sur les événements par Camus), le quadricentenaire de la naissance de Molière, le centenaire de la mort de Proust.

Le soixantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie a suscité un grand nombre de prises de position, de publications et de manifestations en tout genre. Le rapport sur « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie » que le Président Macron a demandé à l’historien Benjamin Stora montre à quel point cette mémoire reste conflictuelle. Elle hypothèquera pour longtemps encore les relations entre les deux pays. Jean-Luc Barré et Alain Vircondelet nous apporteront chacun un éclairage inédit sur cette moment crucial de l’histoire de France, dont l’ombre portée est perceptible dans tous les domaines.

Avec Molière, la France célèbre celui que beaucoup de spectateurs et de lecteurs jusqu’aujourd’hui considèrent comme une véritable figure d’identification, « le plus français de tous les écrivains ». Et les festivités continueront l’année prochaine, puisque l’on commémorera le 350e anniversaire de sa mort. Trois expositions seront visibles à la rentrée, après celle de Versailles, Molière, la fabrique d’une gloire nationale (1622-2022), due à Martial Poirson, et dont il reste un magnifique catalogue. Dans la galerie Mansart de la Bibliothèque nationale nouvellement restaurée, rue de Richelieu, on verra Molière, le jeu du vrai et du faux (par Joël Huthwohl et Agathe Sanjuan), à partir du 27 septembre, à la Bibliothèque-musée de l’Opéra Garnier, Molière en musiques (par Laurence Decobert), à partir du 27 septembre, et au Centre national du costume de scène de Moulins, encore jusqu’au 6 novembre, Molière en costumes. Par ailleurs, la Comédie-Française, la « Maison de Molière » a repris presque toutes les pièces du « patron » dans de nouvelles mises en scènes. Nous en présenteront trois, à savoir Le TartuffeLe Bourgeois gentilhomme et Le Malade imaginaire,  au Stadtkino à l’occasion de notre « Festival Molière ».

Proust, enfin, aura été présent tout au long de l’année, par une série de publications importantes et sur les ondes de France-Culture. Avec Jean-Marc Quaranta et Charles Dantzig nous aurons l’occasion d’accueillir deux acteurs majeurs de cette année Proust.