Actualités
Des archives à nos jours

L’Illustré du 12 août 1926

Nous avons retrouvé dans L’illustré du 12 août 1916 un article sur la Société d’études françaises, alors à ses débuts :

“La Société d’Études françaises de Bâle a été créée en avril 1918. En dépit de la date de sa fondation, elle n’a été inspirée ni par un organe officiel ni par une société privée de l’Étranger. Elle a un caractère tout à fait original. Son histoire peut servir de modèle ailleurs et mérite d’être connue aussi hors de Bâle et de la Suisse. La Société d’études françaises de Bâle est née d’une initiative suisse et a été créée par des Suisses au printemps 1918, en première ligne dans l’intérêt suisse, pour défendre l’indépendance intellectuelle de notre pays. À côté de l’influence trop unilatérale de la science allemande et des universités allemandes, en ce temps-là. Elle se donna pour but de faire mieux connaître et mieux comprendre chez nous aussi la civilisation française et celle de la Belgique, à laquelle nous avons apporté pendant toute la guerre le tribut de notre admiration et notre sympathie la plus cordiale, et de resserrer ainsi nos rapports intellectuels avec ces deux pays. Le succès de notre activité a plus tard failli être compromis par l’attitude du gouvernement français dans la question des zones franches, aussi avons-nous été très heureux lorsque les milieux dirigeants en France ont ramené cette question dans la voie du droit. Une autre raison de la fondation de notre société fut le souvenir, encore récent, du différend entre la Suisse romande et la Suisse allemande. Convaincue que chacun avait le devoir patriotique d’aider à la compréhension mutuelle et à l’union des différentes races qui forment la Confédération suisse, notre société se donna dès le début pour tâche de faciliter au public bâlois le maintien du contact ou l’entrée en relations plus intimes avec nos confédérés weisches, en appelant comme conférenciers des écrivains, des savants et des hommes politiques choisis parmi les plus remarquables de la Suisse romande.” (La suite dans L’illustré, ci-dessous)