Programme 2020

INFORMATIONS PRATIQUES

Lieu

> Université de Bâle,
Petersplatz 1
Salle 118, 119 ou 120

Contact

Société d’études
françaises de Bâle
Institut d’études françaises
Maiengasse 51
CH – 4056 Bâle

NOS PARTENAIRES

 
 

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

6 décembre 2004 | 18:15

Laura Bossi

La place de l’homme au pays des singes

Neurobiologiste et philosophe d’origine milanaise, arrivée en France à l’âge de 27 ans, Laura Bossi possède un ancrage avéré dans la pensée scientifique puisqu’elle est neurologue, spécialisée dans le domaine de l’épilepsie, de la neurodégénérescence, et de la pharmacologie qui a trait à ce domaine. Chercheuse reconnue au plan international et nantie d’un CV impressionnant (qui inclut notamment plus de 100 publications dans des revues scientifiques), Laura Bossi se présente plus dans son dernier ouvrage Histoire naturelle de l’âme, comme une historienne des sciences. La rigueur de construction de son livre ne renie pas son inscription dans les sciences exactes, rigueur nécessaire pour aborder un sujet aussi vaste et parfois galvaudé que celui de l’âme. L’auteur part d’un constat simple : la notion d’âme fait partie de l’histoire de presque toutes les sciences, et de nos jours, ces mêmes sciences n’osent plus nommer ce patrimoine historique. Pourquoi ce fait et comment, de nos jours, penser l’âme sans être pris pour un passéiste ou un illuminé sympathique ? Laura Bossi s’attelle à la difficile tâche de trouver une réponse à ces deux questions, en tout cas de les éclairer par une réflexion aux racines multiples, et reconstruit la place de l’âme dans nos sociétés depuis les temps les plus anciens jusqu’à nos jours. Même si le découpage du livre (thématique) ne s’annonce pas vraiment de la sorte, on peut néanmoins démarquer deux préoccupations dans cet ouvrage. Tout d’abord, l’auteur aborde la place de l’âme dans les grands champs scientifiques et de pensée (médecine, biologie, psychanalyse, anthropologie, religion, philosophie…) et la compréhension que les grands auteurs en ont eue. Dans un second mouvement, Laura Bossi aborde de grands thèmes humanistes : l’individuation de l’homme et son rapport à l’animal, la question des états végétatifs, de l’euthanasie, de la génétique, de la bioéthique, de la mort, au regard des enseignements historiques par avant vus. Certes, il ne s’agit pas d’un essai, et l’on sent que parfois l’auteur se freine pour ne pas vraiment prendre position sur ces sujets (notamment sur la question des greffes d’organes), préférant exposer les termes du débat. Laura Bossi explique, expose, mais ne tente pas de convaincre ni de rallier quiconque à un point de vue personnel. S’il est parfois frustrant de voir que l’auteur se refuse à prendre parti dans ces débats, on doit reconnaître que ce choix renvoie le lecteur à ses propres positions, à l’intimité de sa pensée et mobilise ainsi ses valeurs personnelles tout au long de la lecture. Il s’agit sans doute là de la véritable quintessence de la science, et sur ce point Laura Bossi a réussi un vrai tour de force. Dès les premières pages, on est conquis par la façon dont l’auteur mène son sujet. L’ouvrage est docte, fourmille de connaissances, et l’érudition impressionne tout autant qu’elle passionne. Le tour de maître de Laura Bossi est d’arriver à rendre accessible à tous son savoir autour de la notion d’âme. L’ouvrage est non moins qu’une encyclopédie, qui se lit comme un excellent roman. On passe des théories du neuroscientifique Edelman à celle du philosophe religieux saint Augustin, de l’anthropologue Darwin au psychanalyste Freud, de l’écrivain Huxley au médecin Hippocrate avec une grande limpide, un à-propos unique, et surtout une vraie jubilation. La lecture d’Histoire naturelle de l’âme enchante, divertit et fait réfléchir à la fois. Peut- être parce qu’au final, c’est le sujet de notre humanité qui est questionné, la place de notre existence individuelle dans le champ de l’Homme, et dans celle de l’évolution du vivant.

Histoire naturelle de l’âme, P.U.F., coll. Science, histoire et société, 2003

Détails

Date :
6 décembre 2004
Heure :
18:15

Lieu

Université de Bâle, salle 117
Petersplatz 1
Basel, 4001 Suisse

Conférencier

Laura Bossi